header image
Latest News arrow * Ce 30 mars : "Agriculture Paysanne au Guatemala, alternative a l'agrobusiness"
* Ce 30 mars : "Agriculture Paysanne au Guatemala, alternative a l'agrobusiness" PDF Print E-mail
Written by Administrator   
Lundi 28 Novembre 2011 à 02:21

ENTRAIDE ET FRATERNITE
en collaboration avec  Justice et Paix,  la Maison Internationale de Mons, Mons Equitable,  l’Unité Pastorale de Mons
Solidaires avec le Guatemala…

Vendredi 30 mars 2012 à 19h
Au Foyer Saint-Nicolas, rue d’Havré, 116 à Mons


« AGRICULTURE PAYSANNE AU GUATEMALA, ALTERNATIVE A L’AGROBUSINESS »
avec Maria Ramirez

Maria Ramirez est responsable du CDRO, association maya de développement rural qui fédère plus des 35 communautés Mayas.

Image

**********
A 20heures30
à la Maison Internationale, rue d’Havré, 97 à Mons
POULET A LA MANGUE
Bar équitable durant toute la soirée
Participation aux frais repas :
 Etudiants : 3 € -   Autres : 12 € (apéritif compris)
au profit des projets de développement d’Entraide et Fraternité.. Inscription nécessaire avant le 28 mars :  MIMs 065-395500. Mail :

Ed. resp. : Xavier Jadoul , 13, avenue Gl Michel 6000 Charleroi

 

Ils sont six. Ils viennent du Guatemala et du Nicaragua témoigner de leur combat et de leur travail au sein des associations partenaires d’Entraide et Fraternité en faveur de l’agriculture paysanne.

Bernabé, Arnulfo, harhel, Leonor, Natalia et Maria viennent à votre rencontre. Jetez un coup d’oeil sur notre agenda pour le programme concocté par nos animateurs régionaux. Il y en a pour tous les goûts : soirée-débat, rencontres, film, théâtre...

 

Cliquez pour stopper l’agriculture qui tue les paysans. Il y a encore de la place dans notre champ !

La libéralisation du commerce ruine les petits paysans

Entraide et Fraternité lance cette action pour sensibiliser le grand public. Alors qu’il est possible de nourrir tous les habitants de la planète, un milliard de personnes continue à souffrir de la faim. Ce sont les paysans eux-mêmes qui sont les plus touchés. La libéralisation du commerce international ruine les petits producteurs, qui n’ont pas les moyens d’être compétitifs face à l’agro-industrie. Les prix des produits vendus sur les marchés internationaux sont trop bas et ne reflètent pas le coût réel de la production. Les exportations massives de la production locale, notamment en Amérique latine, obligent aussi certains pays comme le Guatemala à importer des denrées de base telles que le maïs. Alors que le pays pouvait subvenir à ses besoins en la matière dans les années 1980, aujourd’hui, les populations Mayas doivent acheter au prix fort cet aliment qui constitue la base de leur alimentation.

Soutenir la petite agriculture familiale

Entraide et Fraternité veut attirer l’attention du public et des décideurs sur ce phénomène et appelle au soutien de l’agriculture paysanne. Ce dernier passe par l’appui à des initiatives de développement local pour aider les paysans à améliorer leurs cultures, leur production et leur quotidien. Toute organisation du commerce mondial qui n’améliore pas la situation des petits paysans en leur permettant d’accroître leur productivité et d’augmenter leurs revenus est vouée à accroître la faim, plutôt qu’à la réduire.

Soutenir aussi Entraide & Fraternité sur http://www.entraide.be/Action-STOP-AUX-INEGALITES

Last Updated ( Mardi 12 Juin 2012 à 17:11 )